Actualités
27 Déc 2019

LES RISQUES HSE DU TRAVAIL EN HAUTEUR

0 Comment

Ne ratez plus aucune formation en santé& Sécurité au travail !

Pour Télécharger le catalogue de nos formations spécialisées en SST !

1 7 - LES RISQUES HSE DU TRAVAIL EN HAUTEUR

LES RISQUES HSE DU TRAVAIL EN HAUTEUR

N'hésitez pas à nous contacter !

1.Le Travail en Hauteur:

risque de travail en hauteur

Le travail en hauteur désigne soit un emplacement de travail (toitures, charpentes, passerelles…), soit l’utilisation de certains équipements (échelles, échafaudages, plates-formes de travail…). Ce risque est présent dans de nombreuses activités réalisées dans les industries : maintenance, élagage, peinture, entretien des locaux, pose de guirlandes, etc. Le travail en hauteur désigne une situation de travail se situant à une hauteur supérieure à 1 m du sol.

Qu’il soit temporaire ou régulier, le travail en hauteur est une activité à risque. Les chutes avec dénivellation constituent en effet la seconde cause d’accidents du travail mortels après ceux de la circulation. Pour prévenir les chutes de hauteur, il faut agir à la fois sur la conception des ouvrages ou des équipements, sur les postes de travail et sur les modes opératoires. De nombreux travailleurs sont amenés à travailler en hauteur : professionnels du BTP, agents de réseaux électriques, agents d’entretien et techniciens de maintenance des entreprises,…

La réglementation ne donnant pas de définition du travail en hauteur, c’est au chef d’entreprise, responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, de rechercher l’existence d’un risque de chute de hauteur en procédant à l’évaluation du risque.

2. Équipements permanents pour l’accès et le travail en hauteur:

risque de travail en hauteur

Dans les locaux de travail, ateliers, installations industrielles de manière générale, le travail en hauteur est normalement effectué à partir d’un plan sécurisé à sa périphérie par un garde-corps permanent qui constitue une protection collective contre les chutes de hauteur au sens du Code du travail, c’est à dire qui protège les intervenants indépendamment de toute action volontaire de leur part.

L’accès à ces zones de travail peut combiner des circulations horizontales/ passerelles qui relient ces zones entre elles et des équipements permettant le changement de niveaux: rampes, escaliers, échelles à marches, échelles fixes. Ces éléments sont eux-mêmes protégés sur leurs rives par des garde-corps permanents ou autres moyens de protection contre les chutes de hauteur. L’accès en hauteur par des équipements mécanisés tels que les ascenseurs, n’est pas abordé ici.

Lorsque le plan de travail n’est pas muni de garde-corps permanents, des protections collectives temporaires peuvent être installées à sa périphérie avant les interventions: garde corps provisoires ou dispositifs de recueil souples.

À défaut de disposer d’un plan de travail permanent sécurisé ou pouvant être équipé de protections collectives temporaires, des équipements temporaires non mécanisés (plates-formes individuelles, échafaudages roulants et échafaudages de pied, nacelles et plates-formes élévatrices) assurent une protection collective pour l’accès et le travail en hauteur.

3.Les Chutes de Hauteur et prévention :

La chute de hauteur reste un évènement marquant pour l’entreprise lorsqu’une personne en est victime. En effet, les conséquences étant souvent graves, des interrogations apparaissent sur les moyens que l’entreprise aurait dû prendre pour éviter un tel accident. Contrairement à une idée répandue, une hauteur de 3 mètres ne détermine pas la chute de hauteur. S’il est vrai que la hauteur de chute détermine la gravité des lésions, il y a d’autres situations tout aussi dangereuses où une chute de faible hauteur peut entraîner des conséquences graves. Il en est ainsi d’une chute de faible hauteur sur un chantier, sur des tirants dépassant d’un coffrage béton.

Les chutes depuis des hauteurs qui peuvent être considérées comme relativement faibles ne sont pas sans danger : en effet, chaque année, de nombreux accidents du travail sont dus à des chutes depuis des échelles et des escabeaux. De ce constat, l’on peut retenir la définition suivante : il y a risque de chute de hauteur lorsqu’il n’existe pas d’obstacle suffisamment efficace en bordure de vide. Il convient de préciser que la chute de hauteur est rendue également possible au travers d’un puit, une trappe ou une ouverture de descente.

L’évaluation des risques, qui permet l’identification de toutes les situations de travail exposant les salariés aux risques de chute, doit intervenir le plus en amont possible. Il devient alors envisageable de proposer des solutions permettant d’éviter l’exposition au risque, respectant les principes généraux de prévention du Code du travail. La réflexion doit porter sur tous les postes de travail concernés par un risque de chute de hauteur, y compris ceux qui ne concernent que l’entretien. Elle doit également comprendre l’examen des conditions d’accès à ces postes. La démarche de prévention des risques des chutes de hauteur implique des acteurs différents (concepteurs, maîtres d’ouvrage, utilisateurs des équipements…). Elle se décline en mesures de prévention qui portent à la fois sur : la conception d’un ouvrage ou d’un équipement de travail, le poste de travail, le mode opératoire pour les travaux d’installation et de maintenance.

Les locaux de travail, ateliers ou installations industrielles de manière générale doivent être conçus pour prévenir les chutes de hauteur. Ils comportent donc des équipements permanents permettant d’assurer la protection collective des travailleurs (par exemple plans de travail ou passerelles sécurisés par un garde corps permanent). Pour des travaux temporaires, une installation permanente sécurisée n’est pas toujours disponible.

Une surface accessible peut être alors sécurisée temporairement. Si une telle surface n’existe pas, il est possible de recourir à des équipements de travail adaptés, mécanisés ou non, permettant de s’élever au niveau souhaité et d’y travailler dans des conditions sûres et ergonomiques. Ces équipements sont de 2 grands types : équipements non mécanisés : plates-formes individuelles, échafaudages roulants et échafaudages de pied, équipements mécanisés : plates-formes élévatrices mobiles de personnel, plates-formes sur mâts, plates-formes suspendues.

La protection individuelle contre les chutes de hauteur sera réservée aux situations où il n’est pas possible de recourir à des équipements assurant une protection collective. Les techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes, font l’objet d’une interdiction de principe, assortie d’exceptions prévues par le Code du travail : elles ne peuvent être utilisées que dans certaines situations très spécifiques. Ces systèmes de protection individuelle sont utilisés pour arrêter la chute ou pour interdire l’accès à une zone où la chute est possible. Il en existe trois types: systèmes d’arrêt de chute, systèmes de retenue et systèmes de maintien au poste de travail.

Vous pouvez soit:
- Nous appeler directement,
- Nous envoyer un email,
- Ou demander à être recontacté à l'heure qui vous convient !

A PROPOS de NPM

« Le Cabinet New Performance Management est le fruit d’une longue expérience professionnelle au sein de grands groupes Internationaux, d’un profond attachement aux valeurs de travail en entreprise, d’amitié et de performance. 

Nous conseillons et accompagnons les entreprises et les particuliers dans leur développement et mettons quotidiennement en œuvre des moyens humains et un savoir-faire à la hauteur des ambitions de nos clients. 

Notre approche ciblée et qualitative nous permet de bénéficier d’une place de premier plan dans certains domaines comme l’ingénierie de  la sécurité incendie, les études Environnementales, le conseil QSE, le Coaching, l’intelligence relationnelle au sein des équipes et la formation continue et certifiante. 

New Performance Management, c’est avant tout un savoir-faire et un esprit d’équipe dont les enjeux sont la satisfaction de nos clients et l’épanouissement professionnel des équipes au Travail.

Notre valeur ajoutée : « un challenge au quotidien, des liens de confiance solides, un service sur mesure et l’utilisation des derniers outils du conseil pour des processus que nous souhaitons toujours plus performant. ».

consultants et formateurs expérimentés

Nos consultants et nos formateurs sont tous certifiés et sont des ingénieurs de Grandes Ecoles, avec plus de 16 d’expériences professionnelles dans des multinationales et des PME.

Ils nous ont fait

[top]
About the Author